Quel mois de mars !

30/03/2015 at 17:17 (Incorruptibles, La quête des pierres de Luet, Les Incos, Les Sentinelles du Futur, Prix alTerre ado, Salons, The Secret Fire)

L’année 2015 avait commencé tranquillement…

Une sorte de petite hibernation, des nuits longues, des températures basses, beaucoup de plaids empilés…

J’ai fait une pause dans l’écriture, parce que j’avais beaucoup écrit en quelques années et mon cerveau avait besoin de repos. J’ai pris le temps de me ressourcer, de me reposer, de prendre du recul. Et puis, avec le printemps approchant, tout s’est enchaîné. Il fallait bien que je suive l’éveil de la nature et que je sorte moi aussi de mon terrier !

Tout d’abord, c’est le mois où les rencontres scolaires, pour les différents prix auxquels Les sentinelles du futur est sélectionné se sont multipliées et accélérées. Il y a eu un saut à Mézieu près de Lyon pour les Oniriques, deux journées passées en Suisse pour le prix des lycéens de Suisse alémanique et du Tessin, deux journées au Mans pour le prix des lecteurs du Mans et de la Sarthe, une rencontre à Montgeron et une autre à Novalaise pour les Incos… Beaucoup d’élèves et de lecteurs rencontrés, des centaines de questions auxquelles j’ai répondu… Même si, il faut l’avouer, c’est fatiguant, j’adore ces moments d’échanges. Les jeunes sont toujours intéressés, prêts à en apprendre plus sur le métier d’auteur et sur le livre qu’ils ont étudié pour l’occasion.

Il y a eu aussi le salon du Livre à Paris. Je n’en ai pas fait de compte-rendu détaillé, parce que globalement, je suis restée assise sur ma chaise, derrière ma table de dédicace chez Robert Laffont, pendant des heures, à retrouver mes lecteurs, ou faire la connaissance de nouveaux. Quelques mots et sourires échangés, des livres signés à tour de bras. C’est comme à chaque fois un tourbillon de bons moments, de visages, et de mots reçus, tellement gentils, qu’on en ressort plus fort. J’ai à peine eu le temps de croiser les copains dans les allées. Trop de monde, trop de stands, on se noie, on regrette de n’avoir qu’une vie et de ne pas avoir le temps de lire tout ce qui est à notre portée.

Enfin, j’ai repris l’écriture. Il le fallait bien, et puis j’ai tellement de projets à faire aboutir que ça commençait à devenir urgent. À tel point que j’ai changé de méthode : d’habitude, j’écris un roman après l’autre, et là, j’en écris deux en alternance un jour sur deux. Le tome 3 de La quête des pierres de Luet et celui qui deviendra peut-être un Soon. Pour l’instant, je m’en sors très bien. Les deux univers sont suffisamment différents pour que je ne m’emmêle pas les pinceaux, et je maîtrise suffisamment bien l’univers de La quête de pierres de Luet pour que ce soit plus facile, au moins sur ce livre. On va voir si je tiens la distance, mais je suis soulagée de voir deux projets avancer tranquillement, mais sûrement.

Un souvenir qui restera gravé à jamais, j’étais samedi 28 mars à Aix-les-Bains pour le prix alTerre ado. Il implique plus de 2000 collégiens, qui doivent lire six livres sélectionnés pour l’occasion, et choisir leur roman préféré. Donc un gros prix. La remise du prix avait lieu dans un palais des congrès. Il y avait 500 collégiens rassemblés pour l’occasion. C’était une belle fête. J’ai été cheffe d’équipe pour un jeu super sympa. Avec plusieurs dizaines de collégiens, nous étions l’équipe 3 et notre slogan inventé sur le tas était « Équipe 3 on y croit ! » 😀 On est arrivé deuxième du jeu, mais surtout, on s’est vraiment bien amusé. Les sentinelles du futur a reçu le prix, à ma plus grande surprise. Et quand les 500 collégiens ont hurlé et applaudi au moment où le gagnant a été annoncé, je vous assure qu’il m’a été difficile de garder ma consistance solide. Un peu plus, et j’étais une flaque sur la scène !
C’était vraiment une belle journée, un rayon de soleil, une motivation en plus pour écrire, écrire, écrire !

11082598_955224061184162_6659294679424876024_n

Enfin, aujourd’hui, le 30 mars, la couverture du livre que CJ Daugherty et moi avons écrit ensemble, The Secret Fire a été dévoilée. Ce projet s’est mis en route il y a deux ans (au salon du livre de Paris en 2013 donc oui, pile deux ans !), et de le voir aboutir de façon concrète, c’est génial. Avec la couverture, tout devient un peu plus vrai, palpable, même s’il va falloir attendre encore 6 mois avant la sortie Anglaise du livre et presque un an pour la sortie française. Les réactions ont été trèèèèès nombreuses et enthousiastes et ça fait plaisir à voir. J’en deviens aussi impatiente que les lecteurs de voir le livre sortir !

Secret fire cover

Donc, comme vous pouvez le voir, ce mois de mars a été bien rempli et la source de nombreuses émotions. Le mois d’avril sera certainement plus calme, bien que je continue à un rythme soutenu les rencontres dans toute la France. La Normandie, le Jura, la région Parisienne, et d’autres destinations encore m’attendent. Heureusement, je vais pouvoir prendre un peu de repos pendant les vacances scolaires.

Grâce à ce concentré d’émotions, de beaux souvenirs, et de magnifiques projets à venir, je me souviens pourquoi je fais ce métier, pourquoi je tiens tellement à coucher mes histoires sur le papier et à les partager. Je reprends foi en moi-même, en mes envies. Le futur m’apparaît plus beau…

Alors merci à vous tous qui avez participé à ce mois de mars merveilleux…

 

 

Publicités

Permalien 3 commentaires

Zoom sur… La quête des Livres-Monde !

08/03/2015 at 14:59 (Imaginales, Incorruptibles, La Quête des Livres-Monde, Zoom sur…)

Je retrouve le chemin de ma petite rubrique mensuelle, qui revient sur des livres ou des séries pour les faire (re)découvrir aux lecteurs. Ce mois-ci, j’ai choisi de parler de La quête des livres-Monde, parce que, durant les nombreuses rencontres scolaires que je fais cette année, on me pose encore beaucoup de questions sur cette trilogie.

Alors comment est née La quête des Livres-Monde ? C’est presque anecdotique, en fait ! Comme quoi, ça ne tient pas à grand chose, la naissance d’un roman ! Je vous avais raconté, dans le zoom qui parle du Mystère Olphite, que ce roman avait intéressé Denis Guiot, qui est aujourd’hui directeur de la collection Soon, chez Syros. À cette époque, il venait de quitter Mango où il dirigeait la collection Autres Mondes, et cherchait à créer une nouvelle collection ailleurs. Donc, en mai 2007, il me demande où j’en suis avec Le mystère Olphite et je lui réponds que j’ai signé avec L’Atalante et, dans ma « grande naïveté », je conclus mon email en disant que si un jour j’ai une nouvelle idée de roman, je lui en parlerais. Et il me répond : parlons-en tout de suite !

Donc me voilà avec un rendez-vous programmé avec un directeur de collection, si tôt dans ma jeune carrière. Je me souviens encore de la date : le 1er juin 2007. Grosse panique : je n’avais aucune idée à lui proposer. Et pour moi, c’était impensable ! Je suis une toute jeune auteure et j’ai une opportunité pareille, hors de question de la gâcher ! Donc me voilà à faire mouliner mon cerveau pour trouver une idée et je finis pas trouver le concept de La quête des Livres-Monde. J’arrive au rendez-vous, et je raconte en quelques phrases, à peine, l’histoire de cette trilogie.

Un petit rappel ? Tout commence avec l’histoire de Zec, qui est un ado de 16 ans qui mène une vie super normale, jusqu’au moment où… des ailes poussent dans son dos ! Évidemment, cela bouleverse son quotidien, et avec les ailes vient la révélation : il est issu d’un autre monde, Chébérith, qui a été détruit par l’Avaleur de Mondes. Mais avant la destruction, ses habitants ont codé toutes les données de cette planète dans trois Livres-Monde qu’ils ont caché sur Terre. Et la mission de Zec est de retrouver ces trois Livres-Monde et de recréer Chébérith. Pour cela, il est aidé par Eden qui a des ailes comme lui, Louis, son ami d’enfance, Eyver, une sorte de mentor qui vient de la planète disparue. Enquête, indices, aventures, mystères, dangers, voilà tous les ingrédients qui ponctuent l’histoire de ces héros.

Et bingo, Denis me demande d’en écrire le premier chapitre et une présentation des personnages. Quoi ? Là ? Tout de suite ? Oui.
Bon d’accord… Je me mets au travail et quelques jours après, je lui envoie tout ça. Son but était de proposer le projet à un éditeur et peut-être de créer une collection à terme. Il envoie le projet à l’éditeur… Et en septembre, il m’apprend que ça ne pourra pas se faire chez cet éditeur, mais qu’il veut le proposer à Constance Joly-Girard, qui était éditrice chez Intervista et dirigeait les deux collections jeunesse là-bas. Constance a lu le dossier, on s’est rencontré, et elle a pris le projet. Et voilà que, d’un seul coup, je me retrouvais à écrire un roman déjà signé avant même de l’avoir écrit !

Je peux vous assurer que ça m’a mis dans un stress pas possible ! J’avais peur de ne pas être à la hauteur, mais finalement tout s’est bien passé et le tome 1 de La quête des Livres-Monde est sorti en août 2008. Au départ, ça a été une super aventure : la magnifique couverture de Benjamin Carré a attiré l’œil des lecteurs plus que mon nom encore inconnu. Et puis le livre a été sélectionné au premier prix Imaginales des Collégiens qu’il a remporté en 2009 et ensuite au prix des Incorruptibles qu’il a remporté en 2010 pour les 5e/4e. Là, le rêve était total ! D’un seul coup, les portes d’un univers nouveau s’ouvraient à moi : celui des rencontres scolaires que je faisais pour la première fois, celui de la reconnaissance des professionnels du livre qui avaient mis mon ouvrage dans les sélections, celui de la reconnaissance des lecteurs qui avaient voté pour lui ! Je crois que c’est cette année qui a été décisive (2009/2010). C’est là où j’ai décidé de me consacrer entièrement à l’écriture, c’est là que mon nom a commencé à être un peu connu…

Ensuite, les choses se sont gâtées (tout ne peut pas être rose tout le temps !). Intervista a décidé d’arrêter de publier des livres jeunesse. Donc le tome 1 était disponible et partait comme des petits pains, le tome 2 (sorti en avril 2010) était épuisé sans réimpression possible et le tome 3, que j’avais déjà signé ne devait pas sortir. Et pendant ce temps, les fans de la saga me le réclamaient à cor et à cri ! Que faire ? Après un long moment, où tout le monde a su faire preuve d’une patience et d’une fidélité exceptionnelles, j’ai réussi à récupérer mes droits et L’Atalante a repris toute la trilogie. Elle est ressortie en intégralité (avec le tome 3 qui était inédit jusque-là) en novembre 2012 pour ma plus grande joie et celle des fans qui l’attendaient depuis bien longtemps.

Et depuis… Elle continue son chemin incroyable. Elle attire encore les foules, bien qu’elle ne date pas d’hier ! Et surtout, les lecteurs me suppliaient d’écrire une suite, ce qui, dans un premier temps, m’a bien embêté, parce qu’il n’y avait aucune suite possible. L’histoire se terminait bel et bien à la fin du tome 3. À défaut d’une suite, j’ai eu l’idée d’une nouvelle aventure, reprenant les personnages de Zec, Eden et Louis, mais qui se passerait deux ans plus tard, sur un autre monde, et pour une nouvelle quête… c’est ainsi qu’est née la trilogie de La quête de pierres de Luet, mais ça, c’est une autre histoire…

Voici les trois magnifiques couvertures de la trilogie, réalisées par Benjamin Carré. Je pense qu’elles ont grandement participé au succès des livres et je ne peux que le remercier pour son talent…

0980c1aa10415980885edfed9c51014597ec59359d9ad2b5df0dc1f0c757b97f9bf86857be63187bc754f63fc43591ed

Permalien 4 commentaires